filtration terminal hospitaliere
  • Filtration de grade stérilisant tous germes
  • Filtres certifiés Legionella, Pseudomonas, Aspergillus
  • Lutte contre les maladies nosocomiales
  • Eau bactériologiquement maîtrisée

Filtration terminale ou inline : la protection de vos résidants.

hôpitaux maîtrisez les risques biologiques

HÔPITAUX : MAÎTRISEZ LES

RISQUES BIOLOGIQUES

AUX POINTS D’USAGE AVEC LA

FILTRATION TERMINALE

aqua-tools propose aux établissements de santé des dispositifs de filtration terminale ou inline de grade stérilisant. Les maladies nosocomiales (ou pathologies contractées lors d’un séjour à l’hôpital) font l’objet d’une vigilance renforcée dans les établissements de santé. La réglementation relative à la maîtrise des risques biologiques, notamment la circulaire DGS n°2002/243 du 22 avril 2002 (qui a abrogé celle du 31 décembre 1998), est particulièrement exigeante dans les établissements qui concentrent des patients malades et contagieux et/ou des personnes fragilisées (nourrissons, personnes âgées ou convalescentes, patients immunodéprimés suite à un traumatisme, une opération, une maladie, un traitement…). La maîtrise des contaminations par l’eau (hydroportées), l’air (aéroportées) ou les mains des soignants (manuportées) représente un défi permanent pour les hôpitaux locaux, les centres hospitaliers (CHU, CHR), les cliniques privées, les établissements de soins de suite et de réadaptation (ESSR) et les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Les risques nosocomiaux

Dans ces établissements, ils sont directement imputables aux micro-organismes pathogènes et opportunistes susceptibles d’être présents dans l’eau.

Ces germes peuvent provenir :
• d’une prolifération que l'on retrouve à l’intérieur du réseau de distribution de l’établissement (cas le plus fréquent) ;
• d’une contamination interne liée à une introduction accidentelle de germes aux points d’usage par les patients (rétro-contamination), aux points techniques par les agents de maintenance ou partout ailleurs (défaillances techniques) ;
• d’une contamination externe due à une pollution non maîtrisée ou à des perturbations techniques sur le réseau d’adduction publique.

➟ Découvrez l’intérêt de nos produits pour la filtration terminale de l’eau en secteur hospitalier et la protection anti-légionelles en ERP.

Les maladies nosocomiales

Les micro-organismes véhiculés par l’eau et susceptibles de provoquer des maladies nosocomiales sont variés : bactéries, cyanobactéries, mycobactéries, protozoaires (parasites unicellulaires), champignons (mycètes), algues, virus… Les infections causées peuvent être :

• digestives (dysenteries, gastroentérites, syndromes gastro-intestinaux…) dues à une à une contamination de l’eau potable par des micro-organismes d’origine fécale : bactéries (Salmonella, Shigella, Campylobacter, Yersinia), parasites protozoaires (Entamoeba, Giardia, Cryptosporidium) et virus (rotavirus, entérovirus, hépatites A et E). Certaines infections peuvent aussi être occasionnées par des bactéries d’origine hydrique (Pseudomonas aeruginosa, Aeromonas hydrophila) en particulier chez des sujets fragiles, âgés ou immunodéprimés.
• respiratoires (pneumopathies, mycoses) liées à l’inhalation d’aérosols contaminés par des bactéries (Legionella pneumophila, Pseudomonas aeruginosa, Acinetobacter baumanii), des mycobactéries atypiques (Mycobacterium kansasii et Mycobacterium avium notamment) et des spores de champignons (Aspergillus sp.). L’atteinte par Legionella pneumophila peut être particulièrement grave chez les personnes fragilisées, immunodéprimées et âgées. En savoir plus
• cutanéo-muqueuses dues au contact direct ou manuporté par des bactéries d’origine hydrique (Pseudomonas aeruginosa, Flavobacterium sp., Acinetobacter sp., Enterobacter cloacae, Staphylococcus sp. Mycobacterium sp.). Les conséquences peuvent être graves chez les personnes fragilisées, immunodéprimées ou âgées (septicémies).

➟ Découvrez l’intérêt de nos solutions d’analyses microbiologiques rapides pour l’analyse et la surveillance des risques biologiques en établissements de santé.

Vecteurs de contamination hydrique

Les modes de transmission des micro-organismes sont le plus souvent associés à :

• une ingestion d’eau Qu'elle soit à usage alimentaire ou à usage médical utilisée par les soignants pour la prise médicamenteuse ou la nutrition entérale ;
• une inhalation d’aérosols d’eau produits par les douches ou les bains à jets ou à remous, par la climatisation des locaux (tours aéroréfrigérantes) ou par des traitements médicaux spécifiques ;
• un contact direct avec la peau ou les muqueuses lésées d'une eau utilisée par les usagers pour leur hygiène personnelle ou par les soignants pour le nettoyage des plaies, le lavage des mains, le rinçage de dispositifs médicaux…

bouton retourRetour Hygiène de l'eau